Skip to navigationSkip to content
Dans la boîte à souvenir d'un danseur
15 mai 2019

Premier soliste aux Grands Ballets, Hervé Courtain prend sa retraite au terme de 27 ans sur scène! Ayant commencé la danse à l’âge de 12 ans, sa carrière l’aura amené du Ballet de l’Opéra national de Paris jusqu’au Boston Ballet, avant de se poser pour les 15 dernières années à Montréal! Hervé restera toutefois aux Grands Ballets puisqu’à compter de l’automne 2019, il occupera le très convoité poste de Maître de ballet! Il se remémore les ballets et les moments qui ont marqué sa carrière de danseur.

Photo 1 : « Cette photo est importante pour moi car il s’agit de mon premier rôle principal au Ballet de L’Opéra de Paris, à l’âge de 25 ans, dans la pièce Rubies de Georges Balanchine. »

Photo 2 : « Sur cette photo, je danse le rôle de Puck dans Songe d’une nuit d’été. J’ai travaillé plusieurs fois avec le chorégraphe John Neumeier et à chaque fois, c’était une expérience incroyable. Il est incroyablement humain et généreux dans son travail. »

Le danseur Hervé Courtain dans la pièce In the Middle

Photo 3 : « In the middle, un ballet de William Forsythe que j’ai vu souvent étant plus jeune: lorsque j’ai enfin eu l’occasion de le danser au Ballet de l’Opéra de Paris, des années plus tard, ce fut pour moi un grand cadeau! »

Le danseur Hervé Courtain dans Le Mandarin merveilleux

Photo 4 : « Cette photo représente un rôle qui fut un beau défi pour moi en tant que danseur. Je dansais le rôle de La Fille dans Le Mandarin merveilleux de Maurice Béjart. C’était la première fois que je me retrouvais costumé en femme sur scène, au Ballet de l’Opéra de Paris. C’est un rôle très difficile. Béjart nous disait que le personnage est un bandit qui se déguise en femme pour attirer ses proies. Toutefois, dès qu’il sort de son personnage, il retrouve son énergie masculine. Le défi était d’être capable, avec le maquillage et la perruque, de passer d’une énergie féminine à masculine très rapidement, sans tomber dans le cliché. »

Le danseur Hervé Courtain avec les danseurs de Legris Loudières et leurs Étoiles

Photo 5 : « Cette photo date de l’époque où je faisais partie du groupe de deux danseurs étoiles du Ballet de l’Opéra de Paris, Legris Loudières et leurs Étoiles. Nous avons eu la chance de voyager partout à travers le monde avec un répertoire très varié : c’est la première fois que j’ai eu l’occasion de danser des chorégraphies de Jiří Kylián. Manuel Legris est la personne qui m’a le plus appris dans ma carrière. II nous coachait et nous donnait des opportunités incroyables. Cette photo a été prise à la fin d’une tournée de 3 semaines au Japon alors nous présentions 3 programmes différents! »

Le danseur Hervé Courtain dans La Belle au bois dormant

Photo 6 : « Parmi le répertoire que j’ai dansé avec Les Grands Ballets, j’ai plusieurs bons souvenirs! Dans La Belle au bois dormant de Mats Ek, je dansais Carabosse. J’ai adoré ce personnage trouble et accroc à la drogue, c’est un des personnages que j’ai le plus dansé à travers les années, avec celui de Roméo. »

Les danseurs Joëlle Henry et Hervé Courtain dans Roméo & Juliette

Photo 7 : « Roméo & Juliette de Jean-Christophe Maillot a une place particulière dans mon cœur car c’est le premier ballet et aussi le premier rôle principal que j’ai dansé en arrivant aux Grands Ballets. Par la suite, je l’ai dansé lors de trois saisons avec trois partenaires différentes. »

Photo 8 : « La dernière fois que la compagnie a présenté Roméo & Juliette en 2016, j’interprétais le rôle de Frère Laurent : c’était génial de passer à un personnage mature, en accord avec mon âge. »

Le danseur Hervé Courtain dans la pièce Pierrot Lunaire

Photo 9 : « Un autre beau souvenir est le ballet Pierrot Lunaire de Marco Goecke. Ce fut un choc et un cadeau incroyable que de danser cette pièce. C’est la chorégraphie la plus complexe que j’ai eu à apprendre mais aussi le personnage le plus touchant que j’ai eu la chance d’interpréter. »

Les danseurs des Grands Ballets dans Bella Figura

Photo 10 : « La première fois que j’ai vu Bella Figura de Jiří Kylián, c’était au Ballet de l’Opéra de Paris. C’était la première fois que je versais des larmes pour un ballet. Quand je l’ai dansé aux Grands Ballets, j’ai eu la chance d’interpréter deux rôles dans deux distributions différentes, un grand bonheur! »

Le Montréal de Raphaël Bouchard
24 avril 2019
Le soliste Raphaël Bouchard
Poursuivre