Skip to navigationSkip to content
Dina Gilbert, chef d'orchestre
1 décembre 2017
Chef d'orchestre Dina Gilbert

Lorsque Dina Gilbert montera sur le podium comme chef d’orchestre des Grands Ballets, elle y mettra toute l’énergie contagieuse et l’appétit de vivre qui la caractérisent. « Chaque jour est un cadeau, » dit-elle. « C’est une chance incroyable. »

Originaire de St-Georges de Beauce, Dina Gilbert perfectionne ses talents musicaux dès son plus jeune âge, bien qu’elle n’ait jamais eu l’occasion de voir Casse-Noisette sur scène quand elle était enfant. Le classique des Grands Ballets marque ses débuts avec la compagnie. Elle est ravie de participer à cette « fantastique soirée. C’est une production tellement imposante non seulement sur le plan musical, mais aussi pour la danse, les décors et les costumes. Un pur chef-d’œuvre. »

Dina Gilbert a un parcours exemplaire, que ce soit comme directrice musicale et chef d’orchestre de l’Orchestre symphonique de l’Estuaire et de l’Orchestre symphonique de Kamloops, de fondatrice et directrice artistique de l’Ensemble Arkea, un orchestre de chambre professionnel de Montréal qui présente des interprétations novatrices de la musique orchestrale, ou comme chef invitée dans le cadre de la 2e édition du programme Hip Hop Symphonique de l’Orchestre philharmonique de Radio-France. Elle affirme que les trois années incroyables qu’elle vient de passer, à titre de chef assistante de l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction du maestro Kent Nagano de 2013 à 2016, rythmées par les répétitions, les concerts, les enregistrements et les tournées ainsi que par son travail avec les chefs invités, l’ont sortie de sa « zone de confort ».

Dina Gilbert est reconnue pour sa polyvalence, mais ce nouveau défi aux Grands Ballets « est un projet spécial, » révèle-t-elle. Elle nous montre l’imposante partition de Tchaïkovski pour Casse-Noisette, pleine de ses propres post-it ainsi que des notes d’autres chefs d’orchestre écrites dans les marges. « On peut sentir tout le poids et le riche héritage de la production dans ces pages, » dit-elle.

Sa principale préoccupation est maintenant de s’immerger dans la partition lyrique de Tchaïkovski et dans le rythme et la structure du ballet de Fernand Nault afin de préparer tout le monde à ce marathon olympique.

« Je dois être au service des musiciens, bien entendu, mais également des danseurs. Nous devons respirer avec eux ».
- Dina Gilbert

Une soirée de Noël inoubliable
1 décembre 2017
Casse-Noisette, Pays des neiges
Poursuivre