Skip to navigationSkip to content
Il était une fois... Cendrillon
1 avril 2018
Le Prince et Cendrillon, interprétés par deux danseurs du Ballet national d'Ukraine

Résumé du ballet en trois actes de Victor Litvinov

Acte I
Cendrillon mène une existence difficile dans la maison de son père. Sa cruelle marâtre l’oblige à s’occuper des tâches ménagères les plus ingrates. Elle ne se détend que rarement en rêvant d’une vie meilleure devant l’âtre. Ses demi-sœurs, Grincheuse et Poseuse ne cessent de se disputer. Que faire d’autre dans une vie faite de paresse et d’ennui ? La petite Cendrillon verse de nombreuses larmes, car Grincheuse et Poseuse, avec leur mère, s’efforcent de lui rendre la vie infernale. Pourtant, elle continue de croire que quelqu’un d’invisible à côté d’elle l’aime et souffre de son propre malheur. C’est ce qui lui donne la force de continuer.

La belle-mère rêve de bons mariages et d’une vie opulente pour ses deux filles. C’est la raison pour laquelle elle invite souvent des marchands, des courtisans et des musiciens à la maison pour enseigner les bonnes manières à Grincheuse et à Poseuse et les préparer ainsi à la bonne société. Elle redouble d’efforts lorsqu’elle apprend la tenue prochaine d’un bal à la Cour ! Arrive enfin le jour tant attendu... Les messagers du Roi viennent remettre une invitation au bal à la mère et à ses filles.

Cendrillon espère qu’elle aussi pourra aller au bal. Comme toutes les autres jeunes filles, elle rêve de passer une nuit au palais du Roi au son de l’orchestre royal. Ses yeux brillent à ces pensées ! Les vilaines sœurs de Cendrillon s’en prennent à sa seule tenue – trop étriquée de toute façon – qu’elles endommagent pour s’assurer qu’elle n’ira pas au bal. Quand tout le monde est parti et que la maison est plongée dans le silence, Cendrillon recommence à rêver, s’imaginant au bal, où elle croiserait le prince charmant... Soudain, sa marraine la Fée bienfaisante apparaît, qui l’observe de côté. Elle promet à Cendrillon qu’elle ira au bal du roi, coûte que coûte.

La chambre se transforme alors en un jardin merveilleux. Des dames et des messieurs se promènent dans une roseraie.
La fée marraine touche Cendrillon d’un coup de baguette magique et celle-ci se voit aux côtés du Prince, revêtue de ses plus beaux atours. « Suis-je en train de rêver ou est-ce la réalité ? », se demande Cendrillon perplexe, mais joyeuse. Les pantoufles de cristal dont elle est chaussée sont la touche finale du miracle accompli par la fée marraine. Au loin, dans la nuit, se dresse le palais décoré pour le bal et scintillant de milliers de lumières. La fête va bientôt commencer. Cendrillon se précipite, si légère qu’elle semble voler vers son bonheur...

Le bonheur l’attend en effet, quelque part dans le Palais, non sans quelques obstacles.

Acte II
La grande salle de bal du palais du roi est bondée d’invités. La belle-mère de Cendrillon avec ses filles Grincheuse et Poseuse sont là aussi. Le Roi apparaît, accompagné de ses ministres. Tout le monde attend impatiemment le Prince lui-même. Les courtisans se pavanent dans leurs vêtements élégants et leurs chaussures à la mode. Soudain, tous se figent à l’arrivée dans la salle de bal d’une belle princesse. Personne ne peut reconnaître ce joli visage ni ne peut deviner qu’il s’agit de Cendrillon, la pauvre servante. Le Prince entrevoit la belle inconnue. Cendrillon le regarde et reconnaît le jeune homme dont elle a eu plus tôt la vision.

Le Prince et Cendrillon sont totalement séduits l’un par l’autre. Le monde autour d’eux n’existe plus, il n’y a plus qu’eux. Mais le temps file à toute allure. À minuit pile, le sortilège est rompu et la belle princesse redevient Cendrillon. Les invités voient cette pauvre fille dans sa vieille robe au beau milieu de la salle de bal. Désorienté, le prince ramasse la petite pantoufle de cristal que Cendrillon a perdue dans sa fuite. Comment peut-il croire qu’un instant plus tôt, cette fille était une princesse ?

Acte III
Les courtisans s’efforcent de divertir le Prince, mais même les plus grandes beautés du Royaume ne peuvent lui faire oublier la princesse inconnue, disparue de façon si soudaine au milieu du bal. Qui est-elle ? Où est-elle maintenant ? Son souvenir continue de hanter le Prince. Le Prince comprend qu’il est vraiment tombé amoureux et décide de tenter l’impossible pour retrouver sa jolie princesse. Ses voyages en Espagne et puis à l’Est seront vains s’il ne peut pas revoir sa bien-aimée.

La fée marraine prête main-forte au Prince. Elle lui désigne la route qui mène chez Cendrillon. Mais en voyant cette servante dans sa vieille robe, le Prince ne peut reconnaître le joli visage qu’il l’a tant ému au bal. Grincheuse et Poseuse font de leur mieux pour persuader le Prince que l’une d’elles est la belle princesse qu’il recherche. Le jeune Prince perd ses derniers espoirs de retrouver la jeune fille. Il s’apprête à quitter la maison où la fée marraine l’a envoyé. Comment peut-il ne pas écouter son cœur alors qu’il est si près du but ?

Cendrillon est confuse et embarrassée. Dans son désespoir, elle jette sa pantoufle de cristal dans la cheminée. Le cristal fond dans les flammes et la lumière se reflète sur le visage de Cendrillon. Et ici par un miracle que seuls les amoureux connaissent, le Prince regarde le visage de Cendrillon transfigurée et reconnaît la princesse qui a conquis son cœur.

Tous deux disparaissent au Royaume des rêves merveilleux...

Entrevue avec Pierre Lapointe, maître de ballet
1 avril 2018
Pierre Lapointe, maître de ballet au Grands Ballets
Poursuivre