Skip to navigationSkip to content
Lu Chan Khoung, mentor des Jeunes gouverneurs
1 décembre 2017
Lu Chan Khoung parle avec Ivan Cavallari au premier cocktail-conférence arts-affaires des Jeunes gouverneurs

Lu Chan Khoung est une force de la nature. Cette estimée avocate de Québec, résolue, charmante, engagée et passionnée par les arts, est la première mentore officielle du comité des Jeunes gouverneurs (JG) des Grands Ballets Canadiens, un groupe de jeunes entrepreneurs professionnels dont la mission est de promouvoir et d’encourager la connaissance et l’appréciation de la danse. Elle espère aider les membres à atteindre leur objectif d’investir dans des organismes et des événements culturels et de redonner à l’ensemble de la collectivité. « C’est gratifiant d’avoir la possibilité de partager mes connaissances, » dit-elle. « On peut faire plus ensemble que séparément. »

Lu Chan Khuong a été la première bâtonnière élue dans l’histoire des 166 ans du Barreau du Québec et la première personne de couleur à diriger l’ordre professionnel provincial de 25 000 membres. Sa famille a émigré du Cambodge, déchiré par la guerre, pour s’établir au Canada en 1975, alors qu’elle était âgée de trois ans, au plus fort du génocide dans ce pays. « Même si nous faisions partie de la haute bourgeoisie [au Cambodge], en arrivant ici, nous avons dû repartir de zéro. Mes parents ne pouvaient pas me donner cet héritage. Mais ils estimaient qu’il était important de développer mes capacités artistiques dès mon plus jeune âge. »

Pour Lu Chan Khoung, il est impératif d’ouvrir la porte à cette nouvelle génération et de créer des échanges. « Il ne s’agit pas de savoir faire, mais bien de savoir être, » affirme-t-elle avec un grand sourire et un rire cordial. Selon elle, l’ouverture et la curiosité sont fondamentales pour devenir philanthrope des arts. « Nous sommes d’abord des citoyens, avant d’être des professionnels et il est important d’être des citoyens complets. » Ainsi, elle déploie des efforts concertés pour changer l’approche sociétale envers les arts. Elle parle avec enthousiasme d’un corps et d’un esprit sains, à la base de l’expression et de la créativité artistiques. En raison peut-être de ses débuts difficiles, Lu voit la vie du bon côté. « Souriez avant d’ouvrir les yeux le matin. »

Julie Snyder au Marché Casse-Noisette
1 décembre 2017
Julie Snyder, marraine du Fonds Casse-Noisette, avec deux danseurs au Marché Casse-Noisette
Poursuivre