Skip to navigationSkip to content
Quand l’art et la thérapie convergent : la danse au service de la santé et du mieux-être
17 janvier 2018
Cours de danse adaptée pour les aînés
Présenté par

Les liens entre la danse et la santé sont reconnus depuis longtemps dans un certain nombre de pays, que l’on ait recours à la danse thérapeutique si l’on est atteint de la maladie de Parkinson, d’un trouble du spectre de l'autisme, d’une maladie neurodégénérative ou d’un handicap physique. Au Canada, cependant, ce domaine d’étude commence à peine à voir le jour et le Centre national de danse-thérapie est l’un des principaux acteurs engagés dans son développement.

En novembre 2016, le CNDT mettait sur pied le premier Symposium national sur la danse et le mieux-être, à l’École nationale de ballet du Canada à Toronto, au cours duquel cliniciens, chercheurs et praticiens ont échangé leurs connaissances et leur expertise sur la danse comme moyen de promouvoir la santé. Le CNDT se prépare maintenant à organiser un autre colloque sur le même thème, cette fois d’une envergure internationale. Sylvie Fortin, professeure au Département de danse de l’Université du Québec à Montréal et membre de la Chaire de recherche pour le développement de pratiques innovantes en art, culture et mieux-être de l’UQAM, siège au comité responsable de la sélection des présentations orales, des ateliers et des affiches pour le premier Symposium international sur la danse et le mieux-être, qui aura lieu dans l'Édifice Wilder des Grands Ballets du 24 au 26 mai 2018.

« On ne regarde pas seulement le phénomène danse-santé-mieux-être d’un point de vue psychologique, physique ou social, explique Madame Fortin. Nous examinons vraiment tous les types d’interventions qui utilisent de la danse. Certains vont parler de danse-thérapie, d’autres de danse adaptée, parce que ce sont peut-être des physiothérapeutes ou des ergothérapeutes qui ne sont pas danse-thérapeutes, mais qui sont tout de même des intervenants utilisant la danse au service de la santé et du mieux-être de différentes clientèles. » Destiné à attirer des danseurs, des thérapeutes et des professionnels de la santé ainsi que des étudiants et des chercheurs de plusieurs disciplines, le Symposium explorera comment la danse, qu’il s’agisse de thérapie ou d’art, représente un vecteur de santé et de mieux-être chez ceux qui la pratiquent et qui en tirent du plaisir.

En savoir plus sur le Symposium.

La ''danse qui fait du bien''
Par Samuel Larochelle
1 décembre 2017
Femmes dans un cours de danse adapté
Poursuivre