Skip to navigationSkip to content
Serge Prokofiev
1 avril 2018
Serge Prokofiev, compositeur de la musique pour le ballet Cendrillon

Serge Prokofiev ou Sergueï Sergueïevitch Prokofiev (1891-1953 ) est un compositeur russe de musique classique, un pianiste et un chef d'orchestre. Reconnu comme un artiste d’avant-garde pour son époque, il est l’auteur de diverses œuvres musicales allant du concerto à la symphonie, de la musique de ballet et de film à des opéras.

Cendrillon et après

Les années 1945-1947 voient l'achèvement et la création de plusieurs œuvres ébauchées au cours des années précédentes : la 5e symphonie, le ballet Cendrillon (théâtre Bolchoï, novembre 1945), la première partie de Guerre et Paix (Leningrad, théâtre Maly, juin 1946). Simultanément à deux œuvres de circonstance pour le trentième anniversaire de la Révolution, Poème de fête et Fleuris, pays tout-puissant, il compose en 1947 sa 9e et dernière sonate, dédiée à Richter et qui marque un certain dépouillement du langage. La même année il obtient le titre d'artiste du peuple de la R. S. F. S. R. Mais cette distinction ne le met pas à l'abri des redoutables attaques qu'il subit l'année suivante, dans le cadre d'une campagne antiformaliste sans précédent, lancée par Andreï Jdanov, et qui atteint les plus grands noms de la musique soviétique : Chostakovitch, Khatchaturian, Miaskovski, Kabalevski. Toute une série d'œuvres de Prokofiev est condamnée, en particulier celles de sa période occidentale (Chout, le Pas d'acier, le Fils prodigue, l'Ange de feu), et même certaines œuvres soviétiques, dont la 8e sonate.

Contraint de faire son autocritique, le compositeur attire cependant l'attention sur celles de ses œuvres qui ont échappé à la condamnation : Roméo et Juliette, Alexandre Nevski, la 5e Symphonie. Mais, quelques mois plus tard, la censure refuse son nouvel opéra Histoire d'un homme véritable, inspiré malgré tout de la vie héroïque d'un aviateur soviétique pendant la guerre. Malgré un état de santé précaire (hypertension), Prokofiev consacre toute son énergie à la composition. À partir de 1946, il passera tous les étés dans sa maison de campagne de Nikolina Gora, non loin de Moscou. En 1950, il écrit la Garde de la paix, œuvre avec laquelle il se rachète aux yeux du régime. Ses dernières œuvres importantes sont la sonate pour piano et violoncelle écrite pour Rostropovitch et Richter, la 7e symphonie, et surtout le ballet la Fleur de pierre; s'inspirant des légendes de l'Oural et créé à Moscou en 1954. C'est à Moscou que Prokofiev meurt le 5 mars 1953, le même jour que Staline.

Au plus près du Sacre du printemps, avec Jean-François Rivest
12 février 2018
Poursuivre