Skip to navigationSkip to content
Tout donner pour la danse
19 mars 2019
Notre danseur Melih Mertel en Israël

Entretien avec notre danseur Melih Mertel

Melih Mertel est nouvellement danseur pour Les Grands Ballets. C'est sa première saison avec la compagnie. Il a auparavant dansé pour Les Ballets de Monte Carlo, Le Ballet de Washington et Le Ballet national de Turquie à Istanbul et Antalya.

Tu es arrivé à Montréal et avec la compagnie très récemment. Quelles sont tes premières impressions?

Ce qui m’a d’abord frappé, ce sont les gens : tout le monde est si sympathique et chaleureux! Il y a aussi une scène artistique très présente à Montréal. La diversité culturelle fait de cette ville un endroit où il y a toujours quelque chose à faire!

En plus d’être danseur, tu es aussi professeur de pilates. D’où t’es venu cet intérêt pour la mise en forme?

J’ai étudié à Istanbul dans un centre de santé. J’ai choisi de m’orienter vers cette voie parce que je dois penser à ce qui m’attend après ma carrière de danseur. Je ne veux pas me retrouver sans option quand je ne pourrai plus danser professionnellement. Le pilates est aussi une technique qui complémente parfaitement la danse en m’aidant à comprendre mon corps, son fonctionnement et ses limites encore mieux.

Entre les répétitions, ton entrainement, les représentations des spectacles et les cours de pilates, comment arrives-tu à gérer ton horaire?

Cela dépend vraiment des besoins avec les répétitions et les spectacles, ce ne sont pas tous les spectacles qui demandent autant de temps de travail. La plupart du temps, je m’entraine à la fin de la journée, après les répétitions. Je n’ai pas encore commencé à donner des cours à Montréal par manque de temps, mais c’est certain que c’est un projet à venir!

Comment ta pratique du pilates t’aide-t-elle à mieux performer en tant que danseur?

Après une séance d’entrainement, je suis beaucoup plus fort : je peux pousser mon corps à ses limites. C’est d’autant plus utile en répétition, quand je sens que je veux vraiment me dépasser!

Quel conseil donnerais-tu aux jeunes danseurs?

Ne prenez rien pour acquis! La carrière d’un danseur passe trop vite pour ne pas en profiter à fond. Les répétitions et le temps passé en studio sont très précieux, il faut les utiliser au mieux! Soyez des bourreaux de travail et n’ayez pas peur de vous tuer à l’ouvrage parce que demain vous pourriez vous réveiller et tout ça pourrait être derrière vous pour de bon!

propos receuillis par Jean-Simon Laperle

Les premières critiques de Giselle en 1841
18 mars 2019
Les danseurs Christa Mertins et Vincent Warren dans Giselle en 1966
Poursuivre