Skip to navigationSkip to content
Quand l'art et la haute finance se rencontrent
12 février 2018
Claude Gagnon devant l'Édifice Wilder: Espace danse

« Ça fait partie du rôle qu’on est appelé à jouer, non seulement d’avoir une responsabilité corporative au niveau financier, mais aussi d’être présent et d’aider des organismes comme Les Grands Ballets dans leur quête, leur démarche, leur rayonnement. Ça fait partie de notre rôle comme ‘citoyen corporatif’. Mais c’est également une question de goût personnel », affirme Claude Gagnon, de BMO.

Bien que BMO soit une entreprise commanditaire des Grands Ballets depuis très longtemps, Claude Gagnon s’est engagé relativement récemment. Ce printemps, il vivra sa première expérience à titre de coprésident d’honneur du gala des Grands Ballets, sous le thème Hymne à l'amour. Il vient également d’être nommé président de BMO Groupe financier, Québec.

Vous vous demandez peut-être comment quelqu’un qui travaille aux échelons supérieurs d’une grande banque trouve le temps de participer activement à une collecte de fonds pour un organisme culturel. « On trouve toujours le temps pour faire des activités qui nous intéressent ! », répond Gagnon, qui soutient également l’Orchestre symphonique de Montréal, le Musée national des beaux-arts du Québec et l’Opéra de Québec.

M. Gagnon explique que son collègue Jacques Ménard, qui occupait jusqu’à tout récemment le poste de président de BMO et qui détient maintenant le titre de président émérite de l’entreprise, a été en quelque sorte un guide qui lui a montré à quel point l’engagement dans les arts peut être bénéfique, autant pour les affaires que sur le plan personnel.

« Quand on regarde une troupe comme Les Grands Ballets, on se rend compte que ce sont vraiment des athlètes, et on ne peut faire autrement que d’être impressionné par les danseurs. Ça nous fait apprécier à quel point cette discipline exige une rigueur et une pratique énormes ; c’est une question de fluidité et de beauté. »

Coprésident d’honneur du gala des Grands Ballets, Claude Gagnon partage la tâche avec une personne qu’il a rencontrée par l’entremise des Grands Ballets, la haute-joaillière Édéenne, originaire du Québec et établie à Paris. Elle a proposé à BMO une idée d’exposition, qui a été présentée à l’automne 2017 dans l’Édifice Wilder des Grands Ballets, dans le cadre des célébrations du 200e anniversaire de la Banque.

Joseph Dickner : danseur en herbe et Souris du jour!
12 2018
Joseph Dickner prends un cours de danse adapté
Poursuivre